Archives du mot-clé Elaguyane

Guêpes et Abeilles

Grimper et travailler dans les arbres en Guyane, c’est être capable d’accepter de surprendre un nid de « mouches-feu » dissimulé sous une feuille, et être surpris de ressentir de vives piqûres au visage…

« Mouches-feu » (petites guêpes)

t_nid_mouches___feu_190

Il vaut mieux cependant rencontrer un petit nid de mouches-feu qu’un gros nid de guêpes sans raisons. Le nid est bien visible mais ces guêpes attaquent sans raisons (passage sous l’arbre…).

Ou pire, les guêpes-tatoo, calmes mais très douloureuses… :

IMG_5110 (800x571)

Il y a aussi l’abeille africanisée issue d’un croisement génétique, dite « abeille tueuse » à cause de son agressivité et de sa faculté à déposer une hormone et inciter ainsi toutes les autres à venir piquer la même personne…

La « mouche-tig », quant à elle, forme son nid dans le sol, en forêt. Redoutée par les plus habitués, car très grosse et capable de suivre jusqu’à une centaine de mètres, voire de plonger dans l’eau pour atteindre sa cible selon les propos d’un stagiaire amérindien…

La « mouche-platine » construit un nid en forme d’assiette à 20cm du sol, soigneusement caché par les feuilles mortes, difficile de ne pas marcher dessus…

Les « mouches-miel », petites abeilles au dard atrophié, logent dans un trou de l’arbre, et sortent par centaines, envahissant le cuir chevelu du grimpeur malchanceux, et s’immisçant éventuellement jusqu’au tympan pour y planter leurs mandibules… C’est du vécu !

Je compléterai cet article avec des photos ou d’autres spécimen.

Les Fourmis…

La fourmi « suture », la fourmi-manioc, la petite cartiflex mordeuse qui défend son arbre en masse et envahit tous les recoins sensibles du corps, la Paraponera dont la piqûre est si douloureuse qu’elle lui vaut le surnom de « balle de fusil », la Légionnaire qui avance en procession et ravage tout sur son passage…

Ce n’est qu’un minuscule échantillon parmi une immense diversité d’espèces présentes en Guyane.

Une fourmi avec une tête bien musclée et de grosses mandibules : idéal pour une suture…

P1020271

La fourmi-manioc (champignonniste), qui pratique l’élagage des feuilles :

IMG_6002M

Paraponera (ou fourmi flamande) :

SONY DSC

Fourmi Cartiflex :

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La fourmi légionnaire :

gpt0nx031286719908

Le Simarouba étudié par le CIRAD

Ce mercredi, je suis allé à Paracou, site de recherche scientifique du CIRAD, à la demande de Mr Eric Nicolini (chercheur spécialisé dans l’architecture de l’arbre).

154814_4805877623372_771864188_n

Le Simarouba est étudié de près par le CIRAD car il pourrait s’avérer intéressant de le conduire en plantation dans un avenir proche. En effet, son bois léger (densité : 0.4), facile à travailler, naturellement résistant aux insectes lignivores et à croissance rapide, convient parfaitement aux menuiseries d’intérieur.

P1020028

Cependant, de par sa nature très « fendive », son abattage exige quelques précautions afin de limiter les fentes de grume, et d’optimiser sa valorisation.

J’ai donc procédé à l’abattage soigneux d’un jeune spécimen  de plantation expérimentale, et prélevé des échantillons précis du tronc (billons, rondelles, plateaux, poutres).

P1020223

P1020240

P1020263

Eric et son équipe du CIRAD ont collecté ces échantillons pour analyse en labo, et ont effectué diverses pesées. Ils ont également mesuré les tensions périphériques avant abattage, et récolté des échantillons de feuilles.

P1020266

P1020277

P1020206

Le travail de la journée a semblé plutôt concluant et encourageant.

Rendez-vous au prochain épisode.

Samuel.

Formation initiée par le Parc Amazonien de Guyane

Dans le cadre d’un accompagnement de porteurs de projets professionnels sur Camopi et Trois-sauts, le Parc Amazonien de Guyane a sollicité auprès du CFPPA de Matiti une formation courte d’abattage contrôlé des grands arbres.

Le CFPPA m’a donc missionné pour former trois jeunes amérindiens de Guyane française durant 6 jours aux techniques d’abattage contrôlé. L’objectif est de leur permettre de prélever quelques arbres sur leur territoire puis de les scier sur place afin de les transformer en matériaux de construction ou destinés à d’autres utilisations. Cette formation contribue à valoriser le savoir-faire local, en favorisant l’autonomie et la professionnalisation.

La maîtrise de l’abattage contrôlé leur assurera plus de sécurité et optimisera le rendement des chantiers dans un souci d’économie des ressources.

Nettoyage de l’arbre

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Préparation de l’abattage

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Charnière régulière

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Préparation de la grume

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les outils de coupe

La taille des arbres nécessite de savoir utiliser en sécurité des outils de coupe tels que les tronçonneuses et la scie d’élagage.

Il y a deux types de tronçonneuses :

  1. La tronçonneuse d’élagage

Ce type de tronçonneuse professionnelle spécialement conçue pour l’Arboriste-Grimpeur-Elagueur possède un rapport poids (3,7 kg)/puissance (2.45 cv, 35cm3) exceptionnel. Son équilibre et sa compacité permettent de la tenir d’une main… mais attention : selon la réglementation de sécurité, uniquement lorsque l’endroit de la coupe ne permet pas de la tenir à deux mains et que les rappels sont à l’opposé de la tronçonneuse.

De plus, encore selon la réglementation, son utilisation est interdite au sol car un emploi systématique d’une main accroît les risques de blessures…

Remarquez la « dragonne » accrochée à l’arrière : elle sert à sécuriser la chute de la tronçonneuse en la reliant au baudrier du grimpeur. Cependant, elle est prévue pour céder au-delà d’un certain poids dans le cas possible d’un coincement dans une lourde pièce de bois en chute.

Tronçonneuse d'élagage

  1. La tronçonneuse d’abattage

Ce type de tronçonneuse est conçue pour l’abattage et le travail au sol. Elle est beaucoup plus puissante et se tient obligatoirement à deux mains.

Dans certains cas, elle peut être utilisée dans l’arbre, par exemple dans le cas d’un démontage progressif de gros fût

Tronçonneuse d'abattage

Ces deux types de tronçonneuses, en y regardant de plus près, possèdent chacune 10 sécurités ! :

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

  • La scie d’élagage

Pour tailler les petits diamètres, on utilise communément dans le métier un type de scie à denture japonaise et à coupe tirante. La denture japonaise permet une redoutable efficacité de coupe, ce qui rend la scie d’élagage dangereuse à l’utilisation. La coupe tirante permet de se préserver des tendinites.

Denture japonaise

Cette scie est constamment accrochée au baudrier de travail, grâce à son étui.

Scie d'élagage

Les outils présentés plus haut sont les plus couramment utilisés, mais d’autres outils tels que les sécateurs, la perche-élagueuse, la scie à perche etc… sont également d’usage lorsque nécessaires.

A noter que la désinfection des outils de coupe (alcool à 70%) entre chaque arbre contribue nettement à limiter la propagation de bactéries et champignons responsables de la dégradation du bois…

Samuel.