Archives du mot-clé Elagage

Le Simarouba étudié par le CIRAD

Ce mercredi, je suis allé à Paracou, site de recherche scientifique du CIRAD, à la demande de Mr Eric Nicolini (chercheur spécialisé dans l’architecture de l’arbre).

154814_4805877623372_771864188_n

Le Simarouba est étudié de près par le CIRAD car il pourrait s’avérer intéressant de le conduire en plantation dans un avenir proche. En effet, son bois léger (densité : 0.4), facile à travailler, naturellement résistant aux insectes lignivores et à croissance rapide, convient parfaitement aux menuiseries d’intérieur.

P1020028

Cependant, de par sa nature très « fendive », son abattage exige quelques précautions afin de limiter les fentes de grume, et d’optimiser sa valorisation.

J’ai donc procédé à l’abattage soigneux d’un jeune spécimen  de plantation expérimentale, et prélevé des échantillons précis du tronc (billons, rondelles, plateaux, poutres).

P1020223

P1020240

P1020263

Eric et son équipe du CIRAD ont collecté ces échantillons pour analyse en labo, et ont effectué diverses pesées. Ils ont également mesuré les tensions périphériques avant abattage, et récolté des échantillons de feuilles.

P1020266

P1020277

P1020206

Le travail de la journée a semblé plutôt concluant et encourageant.

Rendez-vous au prochain épisode.

Samuel.

Formation initiée par le Parc Amazonien de Guyane

Dans le cadre d’un accompagnement de porteurs de projets professionnels sur Camopi et Trois-sauts, le Parc Amazonien de Guyane a sollicité auprès du CFPPA de Matiti une formation courte d’abattage contrôlé des grands arbres.

Le CFPPA m’a donc missionné pour former trois jeunes amérindiens de Guyane française durant 6 jours aux techniques d’abattage contrôlé. L’objectif est de leur permettre de prélever quelques arbres sur leur territoire puis de les scier sur place afin de les transformer en matériaux de construction ou destinés à d’autres utilisations. Cette formation contribue à valoriser le savoir-faire local, en favorisant l’autonomie et la professionnalisation.

La maîtrise de l’abattage contrôlé leur assurera plus de sécurité et optimisera le rendement des chantiers dans un souci d’économie des ressources.

Nettoyage de l’arbre

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Préparation de l’abattage

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Charnière régulière

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Préparation de la grume

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les outils de coupe

La taille des arbres nécessite de savoir utiliser en sécurité des outils de coupe tels que les tronçonneuses et la scie d’élagage.

Il y a deux types de tronçonneuses :

  1. La tronçonneuse d’élagage

Ce type de tronçonneuse professionnelle spécialement conçue pour l’Arboriste-Grimpeur-Elagueur possède un rapport poids (3,7 kg)/puissance (2.45 cv, 35cm3) exceptionnel. Son équilibre et sa compacité permettent de la tenir d’une main… mais attention : selon la réglementation de sécurité, uniquement lorsque l’endroit de la coupe ne permet pas de la tenir à deux mains et que les rappels sont à l’opposé de la tronçonneuse.

De plus, encore selon la réglementation, son utilisation est interdite au sol car un emploi systématique d’une main accroît les risques de blessures…

Remarquez la « dragonne » accrochée à l’arrière : elle sert à sécuriser la chute de la tronçonneuse en la reliant au baudrier du grimpeur. Cependant, elle est prévue pour céder au-delà d’un certain poids dans le cas possible d’un coincement dans une lourde pièce de bois en chute.

Tronçonneuse d'élagage

  1. La tronçonneuse d’abattage

Ce type de tronçonneuse est conçue pour l’abattage et le travail au sol. Elle est beaucoup plus puissante et se tient obligatoirement à deux mains.

Dans certains cas, elle peut être utilisée dans l’arbre, par exemple dans le cas d’un démontage progressif de gros fût

Tronçonneuse d'abattage

Ces deux types de tronçonneuses, en y regardant de plus près, possèdent chacune 10 sécurités ! :

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

  • La scie d’élagage

Pour tailler les petits diamètres, on utilise communément dans le métier un type de scie à denture japonaise et à coupe tirante. La denture japonaise permet une redoutable efficacité de coupe, ce qui rend la scie d’élagage dangereuse à l’utilisation. La coupe tirante permet de se préserver des tendinites.

Denture japonaise

Cette scie est constamment accrochée au baudrier de travail, grâce à son étui.

Scie d'élagage

Les outils présentés plus haut sont les plus couramment utilisés, mais d’autres outils tels que les sécateurs, la perche-élagueuse, la scie à perche etc… sont également d’usage lorsque nécessaires.

A noter que la désinfection des outils de coupe (alcool à 70%) entre chaque arbre contribue nettement à limiter la propagation de bactéries et champignons responsables de la dégradation du bois…

Samuel.

Les Equipements de Protection Individuelle (E.P.I.)

La pratique du métier d’Arboriste-Grimpeur-Élagueur est soumise à une réglementation stricte concernant les techniques de grimper et d’utilisation d’outils de coupe dans les arbres, ce qui impose l’utilisation d’un ensemble d’éléments matériels obligatoires et normés constituant une chaîne de sécurité permanente lors de l’évolution et lors du travail du grimpeur-élagueur dans l’arbre .

  • Les E.P.I. concernant le grimper et le déplacement dans l’arbre :

Les mousquetons normés servant à grimper doivent impérativement posséder une triple sécurité, c’est-à-dire que 3 mouvements soient nécessaires à leur ouverture.

Mousquetons 3 mouvements

La ceinture d’élagage ou baudrier, doit répondre à la norme spécifique relative à l’utilisation d’un baudrier pour l’élagage, et doit posséder entre autre un point central mobile, deux anneaux latéraux pour une longe de maintien au poste de travail etc…

Baudrier d'élagage

Les rappels de travail imposés et spécialement conçus pour l’activité, possèdent une capacité d’allongement comprise entre 2% et 4%, un diamètre compris entre 11.5mm et 13mm, sont composés de matériaux spécifiques résistants notamment aux u.v. et à l’abrasion et assemblés de manière à ce que âme et gaine représentent respectivement une proportion de 70% et 30%.

Rappel d'élagage

Les cordes à prussiks (pour les nœuds auto-bloquants) autant que les bloqueurs-descendeurs mécaniques doivent également répondre à des normes spécifiques.

Corde à prussik, noeud auto-loquant

Bloqueur descendeur Lockjack

La longe souple de maintien normée pour le grimper et le déplacement dans l’arbre.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les ancrages arboricoles normés (fausse-fourche, cambium saver) permettant de faire coulisser le rappel sur un point fixe situé de préférence le plus haut dans l’arbre, sont spécialement conçus pour supporter le poids de l’utilisateur et protéger l’écorce de frottements pouvant blesser inutilement l’arbre.

Ancrages arboricoles, fausses fourches, cambium saver

Le casque normé est obligatoire lors du déplacement dans les arbres, et doit posséder une jugulaire 3 points

Casque d'élagage

  • E.P.I. concernant l’utilisation d’outils de coupe :

Le casque normé pour les travaux d’élagage doit en plus de sa jugulaire 3 points, être associé à des protections auditives et oculaires.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le port de manchettes anti-coupure est très vivement recommandé, dans la mesure où elles limitent grandement l’éventualité de se trancher une artère de l’avant-bras…

Manchette anti-coupure

Le pantalon anti-coupure est obligatoire et normé. Il est constitué d’un tressage de fils nylon capables de bloquer instantanément l’entraînement de la chaîne de tronçonneuse, et ainsi protéger les artères situées au niveau des jambes.

Pantalon anti-coupure

Pantalon anti-coupure

Les chaussures anti-coupures sont également obligatoires et normées.

Chaussures anti-coupure

La longe de maintien normée pour le démontage sur fût doit être constituée d’une âme en métal.

Longe acier

J’espère avoir été suffisamment clair dans ma présentation du matériel nécessaire et obligatoire à la pratique du métier.

Je précise que les éléments de la chaîne des E.P.I. obligatoires au grimper et au déplacement dans les arbres ont une résistance équivalente minimale de 22Kn soit 2T200.

Samuel.

Un vieux Hêtre

Imaginez un vieux hêtre de 100 ans d’âge, de près de 20 m de haut avec une couronne de 12 m de diamètre.

Il possède 600 000 feuilles qui développent 1 200 m² de surface.

À cause de la structure physique de ces feuilles, la surface totale d’échange avec l’air est en fait de 15 000 m², ce qui équivaut à la surface de deux grands terrains de football !

Par une belle journée d’été, cet arbre transforme 9 400 litres, c’est-à-dire 18 kg de dioxyde de carbone.

Avec une concentration de 0,03 % de dioxyde de carbone dans l’air, près de 36 000 m3 d’air doivent passer à travers les feuilles.

Ces dernières filtrent également de nombreuses particules en suspension comme des bactéries, des spores de champignons, de la poussière et d’autres substances nocives.

Dans le même temps, l’arbre évapore presque 400 litres d’eau par jour et ainsi humidifie l’air.

Plus encore, par la photosynthèse, il produit 13 kg d’oxygène, ce qui équivaut aux besoins de dix personnes.

De plus, cet arbre produit 12 kg de sucre en une seule journée à partir desquels il fabrique toutes ses substances organiques. Certaines de celles-ci sont stockées comme l’amidon et d’autres utilisées pour fabriquer du nouveau bois.

Si cet arbre est abattu, parce qu’il doit laisser la place à une nouvelle route ou parce que quelqu’un s’est plaint de son ombre ou simplement parce que l’on a besoin de cet espace pour un nouvel édifice, il faudra à nouveau planter 2 000 arbres d’un volume de 1 m² chacun pour compenser entièrement la disparition du vieil arbre.

Ceci coûtera à la société, à peu près 150 000 Euros.

Stage court (5 jours) pour les agents d’astreinte élagage de la mairie de Cayenne

La mairie de Cayenne a fait appel au CFPPA de la Guyane pour suivre une formation courte d’initiation à l’élagage (juillet 2012).

J’ai donc été missionné par le CFPPA pour initier et sensibiliser cette équipe de 5 personnes à l’activité d’élagage dans le cadre réglementaire actuel.

CS TSA Promotion 2013 CFPPA de la Guyane

Sur la période du 7 janvier 2013 au 27 juillet 2013, Mr Lannig RERAT et moi-même (Samuel COUNIL) avons formé un groupe de six stagiaires adultes au métier d’Arboriste-Grimpeur-Elagueur. Nous étions en charge des modules suivants :

  • Équipements de Protection Individuelle (EPI)
  • Reconnaissance des parasites
  • Préparation de chantier
  • Grimper/Déplacement
  • Taille et entretien
  • Mécanique
  • Chantiers-écoles (9 semaines)

Mr Eric NICOLINI (chercheur au CIRAD) était en charge des modules :

  • Biologie de l’arbre
  • Reconnaissance des arbres
  • Architecture des arbres
  • Diagnostique de l’arbre

Mr Jean-Yves GORET était en charge du module :

  • Justification de taille

Enfin, Mr Christian AMBIELH, responsable du secteur élagage du CFPPA de St Germain en Laye et co-auteur du « Memento de l’Arboriste », est venu spécialement pour les modules :

  • Secours dans l’arbre
  • Diagnostique
  • Pose de haubans

Les stagiaires avaient pour la plupart de l’expérience dans le domaine des espaces verts/travaux forestiers ou du travail/loisir en hauteur. 5 d’entre eux ont obtenu leur certificat à l’issu de la formation :

  • Thomas SIGOGNAULT
  • Eloïc MERLIN
  • Fabien ANNEBISQUE
  • Jean-Loup TOUCHARD
  • Loïc LASSERRE

P5290222_1

P1000952

P1010112

P1010121

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

P1100975

P1030631

DSC_0007

Samuel.