Archives du mot-clé ABATTAGE

CS TSA Promotion 2013 CFPPA de la Guyane

Sur la période du 7 janvier 2013 au 27 juillet 2013, Mr Lannig RERAT et moi-même (Samuel COUNIL) avons formé un groupe de six stagiaires adultes au métier d’Arboriste-Grimpeur-Elagueur. Nous étions en charge des modules suivants :

  • Équipements de Protection Individuelle (EPI)
  • Reconnaissance des parasites
  • Préparation de chantier
  • Grimper/Déplacement
  • Taille et entretien
  • Mécanique
  • Chantiers-écoles (9 semaines)

Mr Eric NICOLINI (chercheur au CIRAD) était en charge des modules :

  • Biologie de l’arbre
  • Reconnaissance des arbres
  • Architecture des arbres
  • Diagnostique de l’arbre

Mr Jean-Yves GORET était en charge du module :

  • Justification de taille

Enfin, Mr Christian AMBIELH, responsable du secteur élagage du CFPPA de St Germain en Laye et co-auteur du « Memento de l’Arboriste », est venu spécialement pour les modules :

  • Secours dans l’arbre
  • Diagnostique
  • Pose de haubans

Les stagiaires avaient pour la plupart de l’expérience dans le domaine des espaces verts/travaux forestiers ou du travail/loisir en hauteur. 5 d’entre eux ont obtenu leur certificat à l’issu de la formation :

  • Thomas SIGOGNAULT
  • Eloïc MERLIN
  • Fabien ANNEBISQUE
  • Jean-Loup TOUCHARD
  • Loïc LASSERRE

P5290222_1

P1000952

P1010112

P1010121

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

P1100975

P1030631

DSC_0007

Samuel.

6 idées reçues sur la taille radicale

Elle rajeunit l’arbre, accroît son espérance de vie

NON Toute taille mal conduite est un acte traumatisant pour l’arbre, une brèche dans son intégrité, la porte ouverte aux maladies et un affaiblissement de son système de défense. La fragilité de l’arbre peut alors être fatale même en cas d’agressions légères (sécheresse, gel, traumatismes racinaires, attaques par des agents pathogènes…).

Elle diminue la prise au vent, limite les risques de rupture

NON Une taille mal conduite entraîne la repousse anarchique d’une population dense de rejets faiblement ancrés sur leur support. Par ailleurs, les processus de dégradation du bois interne par les champignons conduisent à fragiliser la structure globale des branches maîtresses et du tronc. Un arbre en bonne santé ne perd pas facilement ses branches. Mal taillé, il peut devenir dangereux.

Elle est le meilleur moyen de réduire la hauteur d’un arbre

NON Sur de nombreuses essences, les rejets se développant après une taille sévère s’allongent particulièrement rapidement et l’arbre retrouve sa hauteur initiale en très peu de temps.

Elle permet d’avoir moins d’ombre

NON Au contraire, une taille sévère provoque l’émergence de feuilles plus larges portées par des gourmands et des rejets apparaissant de surcroît à une forte densité.

Elle évite la formation de bois mort

NON Les nombreux rejets se développant après une taille radicale ne sont pas tous viables. Après quelques années d’existence, des relations de dominance s’installent entre les rejets et les structures dominées finissent par mourir.

Elle est économique

NON Les collectivités locales commencent à réaliser à quel point les tailles radicales passées leur coûtent cher aujourd’hui. Les dépenses nécessaires à la surveillance des arbres dangereux, aux tailles de restructuration et aux replantations sont exorbitantes.

Information tirée de l’ouvrage « La taille des arbres d’ornement », Christophe Drénou, Institut pour le développement forestier, Paris, 1999, Pages 156 – 158.

Pouvoir se déplacer dans toute la couronne de l’arbre, et utiliser des outils de coupe en toute sécurité.

Se déplacer dans toute la couronne de l’arbre, et utiliser des outils de coupe en toute sécurité, c’est facile à dire, mais cela exige une formation sérieuse (Certificat de Spécialisation Taille et Soin des Arbres).

En effet, pour pouvoir pratiquer la taille raisonnée dans les grands arbres, il faut être au point sur plusieurs éléments importants : la biologie de l’arbre, la reconnaissance de l’arbre, la justification de taille, le grimper et le déplacement dans l’arbre à l’aide de cordes, l’utilisation d’outils de coupe dans l’arbre, la réglementation, la sécurité… Il n’existe aujourd’hui qu’un seul diplôme assurant l’acquisition de tous ces éléments, c’est le CS TSA.

Ensuite, la passion et l’expérience renforcent ces bases.

DSC01462

P1010010

Abattage Contrôlé

Dans le cadre de la professionnalisation des salariés d’exploitations forestières en Guyane, la formation d’Abattage Contrôlé en forêt tropicale a pour but d’améliorer la sécurité des opérateurs, la qualité des bois abattus et de réduire l’impact sur l’environnement.

Mr Roger DAUSSY, homme passionné, développeur et formateur concernant la technique d’Abattage Contrôlé des grands arbres en forêt tropicale, a parcouru le monde depuis 20 ans, notamment pour l’ONF International, et a contribué (et contribue encore) ainsi à une grande amélioration de la pratique du métier, qui passe avant tout par la sécurité des hommes et le respect des arbres prélevés.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Aujourd’hui, il veut transmettre son savoir et son expérience à de nouveaux formateurs, dont je fais partie sur le territoire guyanais.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le CFPPA de la Guyane pourra ainsi déployer durablement ses actions de formations dans toute la Guyane.

Samuel.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

3 types d’Abattages

L’entreprise ELAGUYANE réalise différents types d’abattages d’arbres, mais s’attache très particulièrement au bien-fondé de leur réalisation.

3 types d’abattages :

  1. Abattage « simple », directionnel, d’un arbre entier ou après démontage de sa couronne.
  2. Abattage dirigé : utilisation de cordes et de systèmes de traction (mouflage, tirfor…) pour forcer la chute de l’arbre dans la bonne direction.
  3. Abattage contrôlé : abattage de très gros sujets (notamment d’arbres de forêts tropicales) avec ou sans contreforts, en pratiquant une technique particulière adaptée, permettant de garantir un maximum de sécurité et permettre la revalorisation du bois en évitant les éclatements du tronc.

Samuel.